Glossaire

SDAGE

Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux : document de planification de la gestion de l’eau établi pour chaque bassin ou groupement de bassins, qui fixe les orientations fondamentales permettant de satisfaire à une gestion équilibrée et durable de la ressource en eau, détermine les objectifs assignés aux masses d’eau et prévoit les dispositions nécessaires pour atteindre les objectifs environnementaux, pour prévenir la détérioration de l’état des eaux et pour décliner les orientations fondamentales. Les SDAGE  , approuvés pour la première fois en 1996 en application de la loi sur l’eau de 1992, ont été mis à jour fin 2009 pour répondre aux exigences de la directive cadre sur l’eau (DCE).

ZRE (Zone de Répartition des Eaux)

Zone comprenant les bassins, sous-bassins, fractions de sous-bassins hydrographiques et systèmes aquifères définis dans le décret du 29 avril 1994. Les zones de répartition des eaux (ZRE) sont des zones où est constatée une insuffisance, autre qu’exceptionnelle, des ressources par rapport aux besoins. Elles sont définies afin de faciliter la conciliation des intérêts des différents utilisateurs de l’eau. Les seuils d’autorisation et de déclaration du décret nomenclature y sont plus contraignants.

affleurement

Partie d’une couche géologique visible en surface.

alluvion

Ensemble des matériaux (galet, gravillons, sables) apportés et déposés par les eaux courantes, spécialement lors de crues, dans les plaines d’inondation.

aquifère

Formation géologique, continue ou discontinue, contenant de façon temporaire ou permanente de l’eau mobilisable, constituée de roches perméables (formation poreuses ou fissurées) et capable de la restituer naturellement ou par exploitation (drainage, pompage,…).

argile

C’est une roche tendre, fragile à l’état sec, faisant pâte avec l’eau, et durcissant à la cuisson. Du fait de leur imperméabilité, les argiles jouent un rôle important dans les accumulations de fluides (eau, hydrocarbures).

artésienne

Une nappe est dite artésienne   lorsque le niveau piézométrique   dépasse le niveau du sol : l’eau est jaillissante !

calcaire

Roche sédimentaire carbonatée contenant au moins 50 % de calcite CaCO3, pouvant être accompagnée d’un peu de dolomite, d’aragonite, de sidérite. Ils contiennent souvent des fossiles d’où leur importance en stratigraphie  , et ont de nombreuses applications pratiques (pierres de construction, fabrication de chaux et de ciment, etc.). Dans la plupart des cas, ils tirent leur origine de l’accumulation de squelettes ou de coquilles calcaires.

code BSS

Code national de la Banque du Sous-Sol (BSS) attribué par le BRGM aux ouvrages souterrains, notamment aux captages d’eau.

conductivité

La conductivité   électrique d’une solution aqueuse, mesurée généralement en µS/cm (micro Siemens/cm), traduit sa capacité à conduire l’électricité. Elle est directement proportionnelle à la quantité de sels minéraux dissous. Plus la concentration en solide dissous sera importante, plus la conductivité   sera élevée.

ennoyage

Remplissage du réservoir minier par l’eau provenant de la nappe sus-jacente, via les fractures créées par l’exploitation minière dans la couche géologique séparant la nappe des travaux miniers.

évapotranspiration

L’émission de la vapeur d’eau ou évapotranspiration   (exprimée en mm), résulte de l’évaporation, qui est un phénomène purement physique, et de la transpiration des plantes.

exhaure

Action d’extraire (par pompage ou par galerie gravitaire) et d’évacuer l’eau qui s’infiltre en continu dans des excavations souterraines telles que des mines, des carrières, pour les maintenir hors d’eau.

forage

Puits   de petit diamètre creusé mécaniquement et destiné à l’exploitation d’une nappe d’eau souterraine, d’un gisement de pétrole, etc. Lorsque le puits   est destiné à la reconnaissance du sous-sol, par exemple pour déterminer la constitution d’un gisement minier, on parle plutôt de sondage.

grès

Roche sédimentaire détritique terrigène composée à 85 % au moins de grains de quartz plus ou moins arrondis, de 1/16 mm (62,5 µm) à 2 mm. Ce sont des roches communes, constituant l’essentiel de nombreuses séries sédimentaires, en bancs, réguliers ou non, ou encore en lentilles.

hydrogéologie

Science des eaux souterraines, comprise dans les sciences de la Terre.

interfluve

Surface comprise entre deux talwegs et comprenant donc deux versants appartenant à deux vallées différentes.

limon

Dépôt détritique meuble, argileux ou silteux, à grain très fin, continental et d’origine fluviatile, lagunaire ou encore éolienne (limon   des plateaux, loess).

marne

Roche sédimentaire constituée d’un mélange de calcaire   et d’argile   (pour 35 à 65 %).

masse d’eau

Les masses d’eau constituent le référentiel cartographique élémentaire de la directive-cadre sur l’eau. Elles désignent une partie de cours d’eau, de nappe d’eau souterraine ou de plan d’eau. Ces masses d’eau servent d’unité d’évaluation de la qualité des eaux (état écologique, chimique ou quantitatif).

perméabilité

Aptitude d’un milieu à se laisser traverser par un fluide sous l’effet d’un gradient de potentiel.

phréatique

Une nappe dite « phréatique   » correspond à la première nappe rencontrée lors du creusement d’un puits  . Nappe généralement libre à surface peu profonde, c’est-à-dire dont la surface est à la pression atmosphérique.

piézomètre

Au sens strict, dispositif servant à mesurer la hauteur piézométrique   en un point donné d’un système aquifère  , qui indique la pression en ce point, en permettant l’observation ou l’enregistrement d’un niveau d’eau libre ou d’une pression.

piézométrique

Le niveau piézométrique   est l’altitude ou la profondeur (par rapport à la surface du sol) de l’interface entre la zone saturée   et la zone non saturée dans une formation aquifère   (synonyme : surface piézométrique  ).

point d’eau

Accès naturel (source) ou artificiel (forage  , drain, puits  ) aux eaux souterraines. Chaque point d’eau   est doté d’un code national (code BSS).

porosité

Propriété d’un corps, d’un milieu ou d’une roche, de comporter des vides interconnectées ou non.

poudingue

Roche sédimentaire détritique formée pour 50 % au moins d’éléments arrondis (galets) de diamètre supérieur à 2 mm, liés par un ciment.

puits

Excavation généralement cylindrique, creusée manuellement, et souvent en partie maçonnée, destinée à atteindre et à exploiter la première nappe d’eau souterraine libre.

pyrite

Minéral composé de sulfure de fer, contenu notamment dans la houille et le minerai de fer.

sable

Au sens courant, matériau meuble formé de grains de quartz (grains de sable  ) tel celui des plages ou des dunes. Plus précisément, sédiment détritique meuble dont les grains sont en majorité compris entre 1/16 mm (62,5 µm) et 2 mm.

stratigraphie

Science qui étudie la succession des dépôts sédimentaires, généralement arrangés en couches (ou strates).

stratotype

Affleurement   désigné comme type d’un étage géologique.

transmissivité

Paramètre régissant le débit d’eau qui s’écoule par unité de largeur de la zone saturée   d’un aquifère   et par unité de gradient hydraulique.

zone saturée

Zone du sous-sol dans laquelle l’eau occupe complètement les interstices des roches, formant, dans un aquifère  , une nappe d’eau souterraine

Revenir en haut