Qu’est ce qu’une masse d’eau souterraine ?

La Directive Cadre sur l’Eau   (DCE-2000/60/CE) introduit la notion de « masses d’eaux souterraines   » qu’elle définit comme « un volume distinct d’eau souterraine à l’intérieur d’un ou de plusieurs aquifères » (article 5 et Annexe II).

Définition de la notion de Masse d’Eau  

Selon cette même Directive Cadre, un aquifère   représente « une ou plusieurs couches souterraines de roches ou d’autres couches géologiques d’une porosité   et d’une perméabilité   suffisantes pour permettre soit un courant significatif d’eau souterraine, soit le captage   de quantités importantes d’eau souterraine ».

Critères de délimitation

La délimitation des masses d’eaux souterraines   est fondée sur des critères hydrogéologiques, puis éventuellement sur la considération de pressions anthropiques importantes. Ces masses d’eau sont caractérisées par six types de fonctionnement hydraulique, leur état (libre/captif) et d’autres attributs. Afin de simplifier l’identification des masses d’eau et de palier les manques de connaissances sur les aquifères, le terme « captif » est assimilé à « sous couverture ».

Une masse d’eau   correspond d’une façon générale sur le district hydrographique à une zone d’extension régionale représentant un aquifère   ou regroupant plusieurs aquifères en communication hydraulique, de taille importante. Leurs limites sont déterminées par des crêtes piézométriques lorsqu’elles sont connues et stables (à défaut par des crêtes topographiques), soit par de grands cours d’eau constituant des barrières hydrauliques, ou encore par la géologie.

Seuls les aquifères pouvant être exploités à des fins d’alimentation en eau potable  , par rapport à la ressource suffisante, à la qualité de leur eau et/ou à des conditions technico-économiques raisonnables, ont été retenus pour constituer des masses d’eaux souterraines  .

Ordre de superposition

Dans la conception du SIG de la version 1 du référentiel cartographique national des masses d’eau souterraine, il n’y a pas d’échelle verticale des masses d’eau souterraine. Toutefois la dimension verticale est assurée par l’ordre de superposition des polygones représentant l’extension spatiale des masses d’eau souterraine. Cet ordre de superposition ou niveau est indépendant de toute notion de profondeur.

Le niveau 1 est attribué à tout ou partie de la 1re masse d’eau   rencontrée depuis la surface, le niveau 2 est attribué à la partie d’une masse d’eau   souterraine sous recouvrement d’une masse d’eau   de niveau 1, etc. Comme l’illustre la figure ci-dessous, une même masse d’eau   peut donc avoir, selon la position géographique où l’on se trouve, des ordres de superposition différents.

Schéma de la représentation des masses d'eau souterraines avec leur ordre de superposition (Extrait rapport BRGM/RP-54605-FR) - PNG - 98.3 ko
Schéma de la représentation des masses d’eau souterraines avec leur ordre de superposition (Extrait rapport BRGM/RP-54605-FR)

Codification des masses d’eau

Chacune des masses d’eau est caractérisée par plusieurs codifications qui sont :

l’ancienne codification nationale

C’est une codification à 4 chiffres, avec comme premier chiffre le « 2 », correspondant au code SANDRE du bassin Rhin-Meuse, et pour les trois chiffres suivants, un numéro d’ordre de la masse d’eau   souterraine qui dépend de la lithologie et de l’âge géologique :

0XX = Alluvions - Quaternaire,
1XX = Tertiaire,
2XX = Craie et sables - Crétacé,
3XX = Calcaires et marnes - Jurassique,
4XX = Lias et Trias,
5XX = Socle - Primaire et antérieur.

la nouvelle codification nationale

C’est une codification à une lettre ou deux lettres + 3 chiffres. Le « 2 » est remplacé par la lettre « B1 » pour le bassin de la Meuse ou par la lettre « C » pour le bassin du Rhin.

la codification européenne

Elle est composée successivement de :

« FR » pour la France ;
« B1 » ou « C » pour les bassins de la Meuse ou du Rhin ;
« G » pour Groundwater (eau souterraine) ;
et le numéro d’ordre explicité précédemment.
Exemple : Pour la masse d’eau   « calcaires de l’Oxfordien », les codes sont ainsi le 2013 (ancien code), B1G013 (code national) et FRB1G013 (code européen).

Fiches descriptives des Masses d’Eau

Pour faciliter l’identification et la délimitation des masses d’eau souterraines, un guide méthodologique a été réalisé par le BRGM en 2003 puis mis à jour en 2006.

Les fiches détaillées par masse d’eau   ont été établies en 2004 et mises à jour en 2009.

Ces fiches décrivent chaque masse d’eau   de façon détaillée et comprennent :

  • l’identification et la localisation géographique de la masse d’eau   ;
  • ses caractéristiques intrinsèques (sous-sol, sols, connexions avec les cours d’eau et les zones humides…) ;
  • les pressions observée sur la masse d’eau   (occupation du sol, surplus de nitrates  , pollutions avérées, captages, recharge   artificielle…) ;
  • l’état des milieux (réseaux de surveillance, état quantitatif et chimique…) ;
  • et l’évaluation du risque sur la masse d’eau   (quantitatif et chimique).

Pour en savoir plus, consultez le rapport des travaux menés en 2013 : Référentiel Masses d’eau souterraine (Version 1) mis en cohérence avec le rapportage à l’Europe

Revenir en haut

Référentiel des masses d’eau souterraine