Situation mensuelle des nappes d’eau souterraine du bassin Rhin-Meuse au 28 février 2019

La tendance par rapport au mois de janvier est globalement à la hausse.

Avec un cumul de précipitations agrégées de 36 mm pour la Lorraine et de 30 mm pour l’Alsace, le mois de février est globalement déficitaire sur l’ensemble du bassin Rhin-Meuse d’environ 50%. Depuis le mois de septembre, ce déficit pluviométrique est compris entre 20% à 50% suivant les secteurs. En ce qui concerne l’humidité des sols, seul un secteur situé au sud de la plaine d’Alsace, reste encore avec des écarts pondérés à la normale largement négatifs (de l’ordre de -40%).

Malgré ce déficit pluviométrique du mois de février, les nappes de calcaire   de Lorraine ont pu se recharger et atteignent des niveaux moyens mensuels autour de la normale. Certains piézomètres restent encore à des niveaux modérément bas (Fréville, Stainville et Les Cléry). La tendance par rapport au mois de janvier est globalement à la hausse.
Les nappes en tête de bassin, comme les alluvions de la Moselle amont et les grès   du Trias inférieur sont quand à elles encore impactées par le déficit de recharge   automnale et les niveaux moyens mensuels de certains piézomètres sont encore à des niveaux très bas par rapport à des niveaux habituellement observés au mois de février (Dommartin-les-Toul, Essegney, Haréville, Gélacourt). Leurs niveaux sont majoritairement en hausse.

Les niveaux moyens de février sont très contrastés par rapport à ceux du mois de janvier en Alsace, avec des tendances variables selon les secteurs de la nappe.

Dans le Bas-Rhin, les moyennes sont en hausse de l’extrême nord jusqu’à Haguenau et légèrement en baisse dans le reste du département.
Dans le Haut-Rhin, les moyennes sont en hausse au nord (Holtzwihr) et surtout sur le secteur de la Thur, et en légère baisse ailleurs. Les niveaux restent toujours inférieurs aux normales de saison sur toute l’Alsace et atteignent sur certains secteurs comme Haguenau ou Habsheim, des niveaux correspondant aux relevés les plus bas enregistrés pour un mois de février.
A Mooslargues, les niveaux de la nappe à cycle pluriannuel des cailloutis du Sundgau font également partis des plus bas niveaux observés depuis ces 15 dernières années.

Le bulletin de situation mensuelle est téléchargeable sur le SIGES Rhin-Meuse.

Ce bulletin présente la situation moyenne mensuelle des nappes d’eau souterraine du bassin Rhin-Meuse. Il est constitué d’un commentaire, d’une carte globale et d’un ensemble de graphiques qui présentent l’évolution mensuelle du niveau des nappes d’eau souterraine du bassin.

Depuis janvier 2017 un nouvel indicateur de l’état des nappes est proposé. Cet Indicateur Piézométrique   Standardisé (IPS) est applicable sur l’ensemble des points de suivi des niveaux d’eau souterraine ayant au moins 15 valeurs. Sept classes ont été retenues pour indiquer l’état des nappes avec une graduation allant de « niveaux très bas » à « niveaux très hauts ». L’iconographie de la cartographie reste inchangée.

Contributeurs : DREAL Grand Est (Délégation de bassin Rhin-Meuse), BRGM, APRONA.

Revenir en haut

Actualités